:: Accueil

:: Histoire d'une passion

:: Historique et Standard

:: Etalons

:: Lices

:: Portées - Chiots

:: Prévisions chiots

:: Nos disparus

:: Nos retraités

:: Livre d'or

:: Liens

Elevage des Arvernes Suisses
Patrick RASSAT
Le Champ des Bancs
63930 LA RENAUDIE
AUVERGNE - FRANCE

Tél : +33 (0) 4.73.72.57.07.
Mobile : +33 (0) 6.59.10.09.35.

E-mail :
arvernes.suisses@gmail.com

© 2006 : reproduction interdite
Tous droits réservés.

:: Standard :: Cotation ::

Le but, ici, n’est pas de faire un long essai sur l’histoire de notre brave bouvier bernois. Il m’a semblé cependant utile, pour ceux qui accèderaient sur un site de la race pour la première fois, de leur faire un rapide aperçu des origines, glanées au travers de mes diverses lectures mais également sur place en Suisse.

Si l’on s’autorise à zapper les origines les plus anciennes qui semblent néanmoins laisser entendre que notre boubou descendrait du Dogue du Tibet, venu en suisse lors de l’invasion de ce pays voici 2000 ans par les romains, on se reporte alors à la fin du 19° siècle dans le canton de Berne, en Suisse allemande, pour en retrouver la trace la plus proche de ceux que nous connaissons aujourd’hui.

En fait, dans chaque hameau, les fermes possédaient généralement de gros chiens tricolores à poils longs. Et c’est d’ailleurs d’un de ces hameaux qu’est tiré le premier nom du bouvier bernois, le « Dürrbachler », au hameau de Dürrbach. J’ai fait un pèlerinage symbolique dans ce hameau, comme une personne à la recherche de ses origines, à l’occasion d’une Nationale du bouvier bernois à Langenthal (tous les 2 ans début septembre, l’autre année étant consacrée uniquement aux étalons). Aujourd’hui, c’est une auberge sise à environ 1.000 m d’altitude, assez semblable aux photos que j’avais de ce hameau au début du siècle.

En 1899, une association d’éleveurs passionnés de chiens de race se crée, la « Berna », puis organise pour la première fois en 1902 une classe d’essai dans une exposition d’envergure nationale ou nos premiers boubous (au nombre de 3 ou 4) sont présentés dans l’indifférence générale, à l’exception d’un juge, restaurateur de son état, Fritz PROBST, qui remarque le potentiel magnifique de ce chien le conduisant à récompenser 4 des 5 présentés à l’exposition internationale de Berne en 1904. Ces 5 bouviers bernois seront les premiers inscrits au Livre des Origines suisse (tome 9) en 1907.

Les bouviers bernois sont présentés quelques années plus tard à l’exposition internationale de Lucerne (1 des 3 expositions internationales organisées en Suisse de nos jours) où le Professeur Albert HEIM, « père » de la race, les découvre et encourage ses amateurs à persévérer dans leur démarche. Le premier club du bouvier bernois, le « Club suisse du chien de Dürrbach pour l’amélioration de la race », est créé en 1907. Par la suite, pour imposer ce chien au niveau international, il lui était choisi un nom plus parlant que celui associé à ce petit hameau totalement inconnu. Il devenait officiellement le bouvier bernois (Berner sennenhund (All), Bernese Mountain Dog (GB)).


Chien de ferme, son rôle premier consistait à garder l’exploitation. Mais il aidait à conduire les vaches aux prés et à les rentrer à l’étable pour la traite, d’où son nom de bouvier (berger) tiré de sennenhund (chien de vacher (All)). Enfin, et c’est ce qui lui vaut son utilisation folklorique d’aujourd’hui, en raison de sa forte stature et de sa puissance, il était chargé de tirer des charrettes de bidons de lait et de fromage de la ferme à la laiterie.

Il serait incomplet de ne pas parler du retrempage de la race réalisé en 1948 avec un terre-neuve, PLUTO, mariage duquel nait notamment BABETTE von Schwarz-wasserbächli qui sera la grand-mère du champion suisse ALEX von Angstorf né le 15/03/1952, afin d’améliorer notamment la structure et le poil, mais également pour lui donner un caractère plus paisible (certains sujets avaient un caractère relativement dur et incisif, manquant de docilité).

Vous trouverez sous ce lien, quelques photos de nos ancêtres les boubous : ancêtres