:: Accueil

:: Histoire d'une passion

:: Historique et Standard

:: Etalons

:: Lices

:: Portées - Chiots

:: Prévisions chiots

:: Nos disparus

:: Nos retraités

:: Livre d'or

:: Liens

Elevage des Arvernes Suisses
Patrick RASSAT
Le Champ des Bancs
63930 LA RENAUDIE
AUVERGNE - FRANCE

Tél : +33 (0) 4.73.72.57.07.
Mobile : +33 (0) 6.59.10.09.35.

E-mail :
arvernes.suisses@gmail.com

© 2006 : reproduction interdite
Tous droits réservés.

 

Ma passion des chiens remonte à tout jeune, certainement exacerbée par le fait que j’habitais en appartement (après avoir habité en maison particulière) et qu’il n’était pas possible d’y élever un chien, tout au moins pour qu’il y soit heureux. Je traînais mes parents dans les expos, je me faisais offrir des livres sur les chiens, j’étais abonné à Revue Chien 2000 et j’allais tous les dimanches au bord du ring de dressage d’attaque et défense de la ville que j’habitais.
Puis vint le jour, à 15 ans, où tout ceci a changé et j’ai eu mon premier chien, un boxer bringé, non LOF, adorable et remarquablement intelligent, avec lequel je passais tout mon temps, tous mes loisirs rythmés par les promenades en forêts interminables et l’entraînement au ring d’attaque et défense.
Par la suite, j’ai de nouveau acquis un autre boxer, LOF cette fois-ci, avec lequel j’ai eu de nombreux problèmes dont la rupture des ligaments croisés des deux pattes arrières, ce qui rendit ce chien à jamais handicapé.

C’est alors que j’ai découvert fin des années 80 le bouvier bernois. Je suis tombé sous le charme. Et alors que j’avais toujours mon deuxième boxer, je me suis mis en quête d’en acquérir un. A cette époque, la race n’était pas au Top 15 des naissances comme aujourd’hui. Le nombre des éleveurs était restreint. Je suis allé chercher mon premier boubou dans l’Aisne, près de Soisson. Ce fut GORBY (année des G oblige), GORBY de la Butte des Montagnards, né chez Jean-Pierre Magnier, de KALIF von Hasliwald (CH JERRY von Rosiendlithal x EIKA von Hasliwald), A/A, pure origine suisse, et de BUTINE de la Gate du Jarrier (VICOMTE de la Gate du Jarrier x UXA de la gate du Jarrier), A/A, pure origine suisse également au 3ème degré (grands-parents de BUTINE). Kévin, mon fils, âgé alors d’un an et demi, a grandi avec cette boule de poils adorable jusqu’au jour où GORBY disparu dans un accident de la circulation routière alors que je l’emmenais à l’exposition de Montluçon.

Les circonstances dramatiques de la mort de Gorby et des changements professionnels m’ont alors empêché pendant quelques années d’avoir des chiens. Mais je savais qu’un jour je pourrais enfin de nouveau retrouver mes boubous car c’en était dit, je resterais fidèle à cette race, si belle, avec des chiens au caractère si affectueux et merveilleux.

Avril 2002, j’obtiens une mutation en Auvergne. J’achète immédiatement une maison en pleine campagne, dans un hameau isolé et je cherche mon boubou et ma boubounette. J’étais resté informé du devenir de la race, des lignées et je voulais absolument un (ou des) descendant(s) de TRISTAN von Bernerliebe, ce chien magnifique qui aura tant racé les dernières années 1990. J’ai alors trouvé mon THORGAL (enfin je devrais dire le THORGAL de mon fils car il avait économisé pour se l’acheter) chez Brigitte COTU, cette passionnée du bouvier bernois, qui en sait plus que beaucoup d’éleveurs à grand débit, depuis le temps qu’elle a des boubous à la maison. En plus, elle avait une chienne pure origine suisse, fille du très fabuleux DANY von der Katzenstiegfluh, grand champion, avec une ossature que je n’ai jamais revue chez aucun boubou. C’était un mariage rêvé qui me donna un chien au caractère merveilleux, d’une gentillesse sans pareille, d’une fidélité indestructible. Le chien en OR quoi !!! Brigitte peut être fier de sa production, je lui en suis reconnaissant tous les jours.
Parallèlement, je faisais l’acquisition d’une boubounette chez Françoise FRANCOIS, TOSCANE, fille du très beau ZEUS (von Praelenda) sur lequel j’avais flashé et de OUAF du Haras de la Vergne, fille notamment d’ODIN von Erbachbrunnen, boubou élite A.

Je comptais m’en tenir là. Et puis, je suis tombé, au détour d’une exposition en 2002, sur le très beau ZORBHA van’t Stokerybos, alors qu’il n’était pas encore Champion du Monde et vainqueur de la Cruft’s. Et là, j’ai voulu une fille de ce chien. Je l’ai trouvée, en décembre 2002, chez mes amis belges, la famille VAN WYMEERSCH en Belgique wallone, née d’une femelle de leur élevage, decendante de SOCRATE de l’héroîque (chien que j’avais remarqué quelques années plus tôt) et d’une très bonne lignée suisse.

Et c’est comme ça que ma passion a pu enfin se réaliser. Ici, il n’y aura jamais un très grand nombre de chiens. Ici, jamais les chiens ne seront en box. Ici, on part en promenade presque tous les jours, qu’il pleuve, qu’il neige (et ça arrive souvent) où qu’il fasse beau. Ici, pas d’économies sur la nourriture et les frais vétérinaires. Mes boubous ne sont pas là pour me faire vivre ; j’ai un métier pour ça. Ce qui compte, c’est le bonheur de mes chiens. Quand je vois dans nombre d’élevage, des boubous enfermés dans des parcs, dans des box, je me demande comment cela est possible, surtout quand on sait à quel point le bouvier bernois est proche de ses maîtres. C’est la raison pour laquelle j’ai d’ailleurs choisi de travailler de nuit ; de cette façon, je peux être avec eux tous les jours, ce dont ils ont grand besoin. Le jour où je ne pourrais plus leurs offrir ce temps et ces conditions, je cesserai cette activité d’élevage (élevage que je mets entre guillemets car en fait je ne me considère pas comme un éleveur, je laisse ça aux professionnels où à ceux qui souhaitent tirer le maximum de profit de leurs bêtes). En faisant reproduire mes chiens, je ne suis animé que par un seul objectif : faire du beau et bon bouvier bernois... ce qui n'est pas si facile

Voila, rien d’exceptionnel, que du bon sens il me semble et surtout beaucoup d’amour pour tous nos boubous. Aujourd’hui, j’ai une troupe de 9 boubous, qui m’apportent tous beaucoup de bonheur. Je vais vous les représenter au fil de mon site qui j’espère vous plaira. A bientôt, et n’hésitez pas à poser des questions ; C’est comme ça qu’on avance, qu’on fait des progrès et qu’on s’améliore.

Patrick Rassat